Mallorn

De Anskylvia
Révision datée du 3 janvier 2020 à 21:26 par Fantasyst (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher



Tirant son nom de l’arbre éponyme qui pousse dans cette région de la forêt, Mallorn fut créée aux alentours de l’année -520 et possède une architecture bien particulière. Fondée en adéquation avec les préceptes du culte naturel et au dessus de l’un des courants du Thônduin, c’est une véritable fourmilière nichée au creux de la forêt. Guidant la pousse des branches et des arbres pour se créer un habitat naturel, les elfes ont su s’approprier la forêt de Miträll et s’établir en son sein sans l’endommager. Habitations logées dans les racines des arbres ou dans les hauts branchages entremêlés fournissant passerelles et ponts naturels, temple dédié à la Déesse du Culte Naturel caché dans les grottes, la cité de Mallorn ne semble pas avoir son pareil sur le reste des continents.

Fondée sur l’impulsion du roi Elvellon Uial’Alkar peu de temps après l’arrivée des elfes sur le continent de l’Est, Mallorn ne jouit pas d’une organisation particulièrement stricte. A l’image des végétaux qui s’étendent sauvagement au sein des bois, la cité s’est étendue naturellement à mesure que sa population augmentait et il est donc impossible d’y trouver des quartiers bien délimités et organisés à la manière des villes humaines. Le temple dédié à la Déesse marque la seule exception de par sa position : légèrement excentré par rapport au reste de la cité, les elfes mettent un point d’honneur à conserver un espace un peu plus dégagé autour de ce dernier.


Abandonnée avec l’arrivée du Nardhûr, Mallorn est longtemps restée sans habitants avant que les elfes ne reviennent en 1012, chassés par les forces kendaliennes et redécouvrant ainsi une cité qu’ils avaient presque oublié. Au départ assez peu nombreux, ils s’installèrent dans une Mallorn où la nature avait repris ses droits depuis bien des années. Ayant vécu sous l’influence humaine pour la plus grande partie d’entre eux, les elfes vont toutefois apporter à Mallorn des changements architecturaux notables. En premier lieu et pour palier au manque de place avec l’arrivée constante de réfugiés depuis le sud, les elfes ont commencé à construire de nouveaux bâtiments en périphérie de la cité ancienne. Ont alors commencé à émerger des habitations en contraste avec le style naturel des autres : principalement en pierre extraite des profondes cavités, ces bâtiments voient le jour de part et d’autre du Thônduin, encerclant la quasi-totalité de l’ancienne ville.

Société

La quasi totalité des elfes qui habitent aujourd’hui Mallorn sont des réfugiés ayant fui les persécutions du Roy Crypid et plus particulièrement à partir de 1012. Vestige d’un temps de paix, les nouveaux habitants peinent à renouer et comprendre la cité, souvenir d’un passé lointain et révolu. On raconte toutefois que les premiers réfugiés arrivés furent accueillis par un elfe solitaire, se présentant comme un Hîrval.

Aujourd’hui unis face à un adversaire commun et d’autant plus lors de la bataille d’Erthellon, les elfes de Miträll se sont réunis sous l’égide de Mírdan Panthavas, un ancien chasseur émérite aujourd’hui chargé de coordonner les troupes elfiques. Mallorn entretient donc une force armée loin d’être conséquente mais assez organisée et familière avec la forêt pour assurer des défenses efficaces et rapides en cas de besoin. Le reste de la population vit principalement de la chasse, de la cueillette et de l’artisanat où les produits liés à la nature sont légions. On trouve aussi un nombre de mineurs et de tailleurs de pierre assez important étant donné le nombre de cavités présente autour de la cité.

Architecture

En accord avec les principes du Culte Naturel, Mallorn s’est développée en harmonie avec les bois. La plupart des habitations semblent incrustées dans les épaisses racines des arbres tandis qu’un véritable réseau de branchages relie les différents îlots qui constituent la cité. En effet, Mallorn est située au dessus de l’un des courants du Thônduin qui se déverse en cascade en contrebas. Construite sur un plan plus vertical qu’horizontal, on trouve plusieurs niveaux au sein de la ville. Les maisons sont donc assez ouvertes et possèdent peu de fenêtres ou de portes, préférant les toiles ou peaux tendues pour fermer les habitations. Toits de mousse ou de feuilles sont légions et fournissent une seconde couche de protection avec l’épais feuillage de la cîme des arbres.

Temple de la Déesse

Logé au sein même d’une grotte dans laquelle se déverse le courant du Thônduin, le temple de Mallorn présente une architecture particulière. L’entrée, située au pied d’un arbre au tronc épais, semblent s’enfoncer profondément dans la terre à travers un couloir tortueux et étroit. Une fois en bas, le couloir s’ouvre plus largement sur une immense grotte naturelle au milieu de laquelle s’écoule lentement une rivière, à peine éclairée par des raies de lumière traversant le plafond. Les elfes y ont installé un autel taillé à même la roche de la caverne, auprès duquel ils se rendent occasionnellement. Étant relativement difficile d’accès, le temple n’est visité que rarement et utilisé surtout pour les cérémonies les plus importantes. Les temples de moindre taille et situé au coeur de Mallorn sont alors privilégiés pour les rites plus courants.

Autorisé à la première candidature
Habitant de Mallorn Non