Les Cendris

De Anskylvia
Aller à : navigation, rechercher


Origines

525.188x525.188px


Les Cendris sont les tous premiers être Humains à avoir foulé les terres Hauriennes. Cela n’est néanmoins relaté que par les habitants d’Hauroy qui ont mit leur histoire par écrit à la différence du peuple volcanique, qui n’a jamais eu l’habitude de rédiger leur propre passé ou d’en garder de longues traces.

Les Cendris se sont illustrés dans la culture Haurienne lors du très fameux tournoi des Quatres Saisons, moment historique dans l’Histoire de la nation. Malheureusement, c’est aussi ce moment qui causa leur perte dans les générations à venir. En effet, les Cendris parvinrent à gagner la dernière place du tournoi sur le podium de façon in extremis, mais aussi surprenante, en vue du nombre de participants. Cette place leur offrit l’honneur de devenir l’une des dix familles les plus importantes du royaume et donc de se partager le gâteau qu’était le continent de l’est. Les familles choisirent dans l’ordre des vainqueurs leur dût… Jusqu’aux Cendris, qui n’eurent le choix que d’accepter ce qu’il restait : le territoire du sud. En outre, les Pierres de Luminis, le Pic Cendre et les Champs du Soleil que nous connaissons aujourd’hui.

Aigris de ne recevoir littéralement que des Cendres, la famille conserva pourtant la tête haute et ravala sa rancœur avant de se diriger vers sa nouvelle maison. La famille Cendris était fière et forte. Il était donc hors de question de faire preuve de faiblesse face aux autres maisons.

C’est durant de longues générations que la famille fût condamnée à vivre sur une terre hostile, et ce, sans jamais demander aucune aide extérieure. Les Cendris devinrent ainsi des combattants du feu, des alpinistes émérites, et surtout un peuple à l’adaptation en milieu volcanique hors norme.

Néanmoins, les difficultés géographiques ne permirent jamais à la ville des Cendris d’atteindre l’évolution de ses voisins. De plus, là où les traditions du Tournois perdaient doucement leurs valeurs, les autres Hauriens commencèrent à voir les Cendris comme de la main d’œuvre exploitable et facile d’accès. La famille du sud fut vite réduite à une colonie Elentaris et d’épaisses frontière furent tracées autour de leurs possessions.

De nos jours, les Cendris sont des éclaireurs qui ont pour but de prévenir les villes avoisinantes des éruptions volcanique du Pic Cendre, des éleveurs, mineurs et des paysans aux ressources exotiques qui diversifient les étals Hauriens.

Nul Cendris n’a oublié sa fierté d’antan, et si la famille est pour le moment en déchéance, elle ne compte pas rester pieds et poings liés face à des familles qui étaient autrefois à leurs côtés. De nombreux conflits ont déjà éclaté et les relations n’ont jamais été aussi mauvaises entre les peuples depuis quelques années.


Lieux de vie

Port de Hautes Braises

Le Port de Hautes Braises est la seule exception de construction, autorisée dans les champs du soleil au peuple des Cendris, qui l’ont bâti au pic sud de la baie afin d’atteindre leurs terres. Le dit port est constamment surveillé par des troupes Hauriennes qui veillent à ce que les constructions Cendris ne dépassent pas les limites nommées durant l’accord des deux villes. De façon plus officieuse, c’est également un moyen de garder le contrôle sur la colonie.

L’atmosphère de Hautes Braises est très poussiéreuse. La brume se lève de longues heures au début de jour et revient le soir, empêchant la navigation à des horaires très précises. Il est assez courant que des pluies de cendres couvrent la région, colorant les briques et toitures du port. En clair, Hautes Braises est très loin d’être accueillante et à des allures de village fantôme à certains moments de la journée. Peu de voyageurs s’y arrêtent, surtout que la zone ne possède ni auberge, ni lieux de repos publics.


Bourg de Feurage

PP1egPn.jpg

Le Bourg de Feurage se situe dans l’une des très nombreuses failles du Pic Cendre. D’abord naturels, les ponts en pierre qui relient les versant de la faille ont été solidifiés par avec des arches en pierres où des liens en corde renforcé de métal. La roche, le basalte, la domite, la pierre ponce ou encore même l'obsidienne sont les bases qui offrent au bourg une architecture exotique et particulièrement résistantes à la chaleur ou aux dépôts de cendres.

Le Cendris sont un peuple troglodyte et ce pour moults raisons. A certaines périodes de l’année, les pluies de cendres sont légion et rendent l’air pratiquement irrespirable. Les levées de brume ou encore les vapeurs toxiques créent des troubles respiratoires et donnent naissance à de nombreuses maladies pulmonaires. Il est donc important que le peuple ne soit pas exposé trop longtemps à ces risques. C’est ainsi que les Cendris creusèrent des “Puits d’airs” : de véritables tubes dirigés vers le ciel pour capter l’air pur des montagnes ou encore des systèmes de ventilation d’apparences primitives mais particulièrement ingénieux mêlant moulins et souffleurs géants.


Caractéristiques des Cendris

C9496fcd0fe1ca27234053f2ace2a787.jpg


Apparence

Les Cendris d’origines sont des êtres humains de grande taille, élancés et robustes. Ils ont la peau foncée et les cheveux principalement noirs et frisés. Leurs yeux sont en moyenne gris ou marrons, et on note à l’oreille un accent qui se rapproche du Sabran bien qu’ils parlent le Commun.

Leurs habitudes vestimentaires sont des tenues légères et très peu encombrantes. La plupart de leurs tissus sont en chanvre, en lin ou en satin, teintées de brun, gris ou jaune en fonction des pierres et plantes à leur disposition. Les Cendris aiment les ceintures en corde et les lacets, les vestes sans manche, les bottes hautes et les gants. Il est impératif de se couvrir toujours aux extrémités à cause des pierres tranchantes qui arborent la zone. Beaucoup de Cendris portent également des bandanas pour se libérer le visage ou se rasent les côtés du crâne, hommes comme femmes.


Traditions

Luminis : Esprit du Feu

En vue de l’ancienneté de la famille Cendris, il n’est pas étonnant que leur principale croyance ait des différences avec celles des autres maisons Hauriennes. Néanmoins, cela ne se ressent que dans les apparences, la plupart des grandes lignes rejoignant les traditions et préceptes de la Voyageuse. En somme, il s’agit de la même religion, avec un autre visage et quelques détails qui sortent du lot.

Pour les Cendris, la Voyageuse est Déesse du soleil mais surtout du feu. C’est une femme aux cheveux flamboyants, vêtue d’un châle ou présentée dans son plus simple appareil, et brandissant une immense lance en fusion.

La dissemblance la plus flagrante de ce culte et l’absence totale de Diane. Il n'existe aucune trace de la soeur Lunaire, que ce soit dans les écrits ou les gravures au sein de Feurage. Luminis, car c’est son nom, serait omnisciente le jour, mais n’aurait absolument aucun contrôle sur le domaine de la nuit pour pouvoir se reposer. C’est pour cela que dans la culture Cendris, la nuit est un moment dangereux, sans foi ni loi, et le théâtre des plus grandes horreurs. Il est devenu commun de dire, lorsque les ténèbres s’étendent, que “l’oeil de la Déesse se ferme.”

Les Tatouages et Peinture

Les tatouages, comme la peinture, sont choses courantes chez les Cendris. Le premier art est fait à partir de noir de fumée et d’encre, tandis que la peinture est produite à partir des roches volcaniques de la région mélangée à de la poussière.

Il s’agit d’une coutume présente autant dans les castes hautes que basses. Les symboles arborés sont principalement figuratifs et à but religieux. On retrouve beaucoup de formes géométriques, de dessins abstraits ou de représentations de la déesse par le feu ou la roche… bien que tous les tatouages aient des utilisations bien précises.

Les figures géométriques tout d’abord, ont des rôles magiques. Ils servent à protéger des maladies, des malédiction ou encore à prévenir des malheurs. Les représentations spirituelles ou divines ont un rôle religieux et servent simplement à honorer. Enfin, les représentations animales sont avant tout guerrières. Elles servent à donner de la force, à présenter ses plus beaux trophées de chasse en se les gravant dans la peau ou encore à célébrer les bêtes les plus puissantes afin qu’elles ne viennent pas s’abattre sur les porteurs.

Enfin, la place du tatouage ou de la peinture est plus important encore que le symbole porté. Chaque partie du corps possède une signification :

  • La main droite représente la guérison et l’alchimie.
  • La main gauche représente l’artisanat.
  • Le dos représente la protection contre les lâches et les assassins.
  • Le buste représente la force et le courage.
  • Le visage représente la sagesse et la vision.
  • La jambe gauche représente la chasse.
  • La jambe droite représente la chance.