Culte de la Voyageuse

De Anskylvia
Aller à : navigation, rechercher

Présentation

2011 CKS 07963 0021 000(alphonse mucha dawn 1899).jpg

Le Culte de la Voyageuse est la religion la plus présente d’Anskylvia. Provenant d’au-delà des terres sacrées et s’étant installée grâce à la colonisation, il est difficile d’établir sa date d’apparition. C’est pourquoi les Historiens comme les Moines désignèrent le Culte comme « étant né au moment même où est née l’Histoire ».

Cette religion est principalement adorée des Hommes. Elle est ainsi, grâce au nombre très important d’êtres humains en Anskylvia, la religion la plus prospère et la plus présente. Du fait qu’elle conteste tout autre type de Culte, c’est aussi une raison majeure de la plupart des conflits politiques ou de guerres sur le continent. Les églises et temples pullulent, que ce soit sur l’Est ou l’Ouest, et pour ainsi dire, la Voyageuse est partout. On appelle les cultistes de la Voyageuse les Solaristes.

Panthéon

La Voyageuse et ses symboles

Lyana, ou communément appelée la Voyageuse, est une entité Divine aux multiples formes. On la dit omniprésente, dans le ciel, la mer, le vent et peut apparaître sous différents visages tout au long de notre vie. Ce peut être un vieillard qui nous demanderait notre chemin, un enfant ou même un chat qui nous observerait au loin. La Voyageuse voit tout. La Voyageuse est tout.

Néanmoins, il semble que la Déesse possède certaines formes fétiches qui peuvent la rendre reconnaissable comme :
36974d2d0e4c482df53cfde4db89a065.jpg
  • Le Vent : Le vent est le premier indice donné aux Hommes de l’état émotionnel de leur Déesse. Si le vent se met à souffler, il s’agit d’un bon présage. En cas de tempête, il s’agit de la matérialisation de la colère de la Voyageuse, et à l’inverse, le calme plat signifie que la Déesse est occupée ailleurs.
  • Le Soleil : Pour beaucoup, la lumière du soleil est la lumière guide provenant du bâton de la Déesse. Si un Homme est perdu, il ira vers le soleil. Ses rayonnements apaisent les Hommes et font proliférer la vie.
  • La Lune : La lune est un symbole très controversé chez les croyants du Culte. Pour certains, cela signifie que la Déesse regarde ailleurs le temps de se reposer ou encore qu’elle erre dans le royaume des morts le temps de la nuit pour guider les âmes dans l’au-delà. C’est une période de la journée où vices et maléfices pullulent, profitant de l’absence de la Déesse. D’autres enfin, disent que c’est à cette période que la Voyageuse se transforme et descend sur Terre pour juger les Hommes à sa façon.

Les représentations de la Voyageuse se font sous la forme d’icônes. Les icônes sont des images et des objets très précis qui permettent de reconnaître la Déesse que ce soit sur des fresques, des parchemins ou encore des peintures. Les icônes les plus connues de la Voyageuse sont son Bâton, son Epée et sa Cape. Le Bâton de la voyageuse est souvent dessiné sous la forme d’un bâton de berger arrondi en son bout et qui brille de mille feux. Il arrive que ce soit aussi une canne où est accrochée une lanterne ou même, parfois, une lance brillante avec l’emblème du soleil. La Bâton de la voyageuse guide les âmes vers le droit chemin quel que soit le temps ou les épreuves. Il représente la volonté de la Voyageuse de guider ses prochains. L’Épée de la voyageuse a beaucoup moins de représentations différentes. Il s’agit d’une lame en or massif de grande taille, harponnée dans la main droite de la Déesse. Il faut d’ailleurs savoir que l’épée est toujours à droite et le bâton à gauche. Une représentation qui afficherait l’inverse serait fausse et porteuse de mauvais présages.

Enfin, la Cape de la Voyageuse est ce qui permet aux peintres et dessinateurs de masquer le corps nu de la Déesse, car en effet, la Voyageuse ne porte rien d’autre que cette fameuse cape. On dit que sa parure change de couleur en fonction de l’heure de la journée. Elle serait blanche le jour et deviendrait noire ou argentée la nuit. Certains dessinent cette cape avec une capuche pour représenter les diverses transformations de la Déesse tandis que d’autres dessinent la cape comme un allongement de tissu infini qui se perdrait dans le vent, symbole de l’écoulement de la vie.

Les Ombres Jumelles

Diane est la petite sœur de Lyana. On lui donne le titre de Voyageuse Lunaire ou Déesse de la Lune. Il s’agit d’une divinité beaucoup moins priée du Culte, mais pas pour autant délaissée. Elle est fiancée à Nox, la troisième et dernière divinité du Culte : Le Dieu de la nuit. Ces deux entités de l’obscurité vont de paire et sont souvent désignées d’un nom commun : Les Ombres Jumelles.

D1bfb04682d840f2926673dfb3bb0d5e.jpg


Diane n’est pas une déesse ordinaire. Longtemps délaissée par sa sœur et s’étant vu attribuer tous les vices des Hommes, elle a abandonné son statut divin pour marcher avec ses fervents. Bien qu’elle ait conservé ses pouvoirs, elle rôde en Anskylvia sous la forme d’une simple humaine, toute encapuchonnée, une dague luisante à la ceinture et les yeux constamment emplis d’une lueur indéchiffrable. Peu après son départ, son fiancé Nox, abandonna également son statut divin pour rejoindre l’élue de son cœur. Nul ne sait à quoi ressemble Nox. On dit qu'il prend l'apparence d'un corbeau ou de l'ombre même de Diane pour la suivre partout.

La relation entre les deux sœurs est peu comprise des Hommes. La plupart maintiennent la version que nous venons de citer. Certains disent que c’est Lyana qui a banni sa sœur du monde des Dieux pour son arrogance et ses fautes. D’autres citent l’histoire d’un cœur brisé, où Lyana, folle amoureuse de Nox, n’aurait pas supporté la liaison des deux êtres et les aurait tous les deux bannis.

Les attributs de Diane sont :

  • La dague : Il s’agit d’une dague luisante à la lame intangible. Il est dit qu’elle ne peut blesser que les êtres sensiblement mauvais et qui méritent le jugement.
  • La cape stellaire : Sur la majorité des représentations, Diane est dessinée avec une longue cape qui reflète toutes les constellations de notre univers. Il s’agirait de l’unique cadeau que lui aurait fait sa sœur et qui la protégerait de toute magie.
  • La Lune : Symbole primordial de la Déesse. La nuit, ce n’est plus Lyana qui gouverne le monde des Hommes mais sa petite sœur. Les pouvoirs de la Déesse Lunaire sont à leur paroxysme et nul ne peut la défier. Les fidèles du Culte voient cette période comme celle de la ruse, des voleurs et des assassins : un moment de chaos.

Les attributs de Nox sont :

  • La cape d’ombres : La cape des ombres est la principale source de pouvoir de Nox. Il s’agit d’un immense voile, formé de volutes de fumée, qui peut rendre la divinité invisible aux yeux des Hommes, comme des Dieux. Cela lui permet également de prendre l’apparence de n’importe quel être vivant.
  • Le Corbeau ou le chat noir : Il s’agit des formes animales les plus courantes du Dieu.
Black-women-monochrome-portrait-fantasy-art-sky-photography-silhouette-black-hair-backlighting-midnight-girl-photograph-darkness-computer-wallpaper-black-and-white-monochrome-photography-1920x1214-px-flash-photogra.jpg

Diane est la représentation de la justice des accusés à tort et des martyrs. C’est une déesse clémente envers les victimes et terrible envers les malfrats qui opèrent derrière les grands termes de justice, d’honneur et de droits. Elle surveille ses disciples avec bienveillance et abat leurs ennemis d’une main cruelle et vengeresse.

A l’inverse de sa grande sœur, Diane n’attend pas le jugement pour s’occuper de ceux qu’elle considère comme maléfique. Dès que son choix est fait, elle laisse sa dague intangible absorber la vie de ses victimes d’un seul coup. Si ses cibles tentent de s’enfuir, Nox les retrouvera dans leur sommeil sous la forme de cauchemar ou les poursuivra en corbeau pour leur lacérer le visage jusqu’à ce que la folie ou la mort les gagne.


Les Solaristes, Lunaristes et Lunatiques

Les Solaristes sont majoritaires dans le culte de la Voyageuse. Il s’agit de fervents serviteurs de Lyana, Diane et Nox. Tout Solariste bien éduqué voue sa vie à la Voyageuse au travers de pratiques religieuses et respecte sa petite sœur ainsi que l’amant de cette dernière. Les Lunatiques est le terme employé pour désigner ceux qui se sont écartés du droit chemin et sont soupçonnés ou connus pours leurs vices, religieux ou non, et leurs moeurs déformées.

Le Panthéon du Culte n’est pas scindé entre bien et mal, aucune des divinités ne fait le mal volontairement. Ceux qui ne s’intéressent pas à toutes les divinités sont susceptibles de quitter le droit chemin. Il peut arriver que les fervents prient uniquement les Ombres jumelles et ignorent Lyana... ceux-là sont les Lunaristes.

Les Grandes Instances du Culte

Il existe différents types de servants au Culte de la Voyageuse. Les Moines tout d’abord, sont des religieux se mettant au service même de la Voyageuse en s’occupant des lieux sacrés et en distribuant la Foi partout autour d’eux. Certains d’entre eux vivent en ermites, loin des villes et des villages pour essayer de retrouver des signes de leur Déesse, d’autres au contraire se rendent dans les lieux les plus peuplés afin d’enseigner aux plus jeunes.

Il existe ensuite les Marcheurs. A la différence des Moines, les Marcheurs ne sont pas cantonnés à des lieux sacrés et sont en déplacement constant. Ils portent souvent un bâton et une épée d’apparat à la ceinture. Ces religieux ont pour mission de faire connaître le Culte aux Hommes en perdition, aux sauvages ou encore aux autres ethnies. Il est courant que les grandes villes demandent l’aide de Marcheurs pour reconvertir des Hommes qui auraient dévié du droit chemin ou des prisonniers de longue date. Enfin, il est habituel de les croiser sur les routes pour aider les gens du voyage et les pauvres, comme le veut la Déesse.

Vient ensuite le groupe le plus restreint des religieux de la Voyageuse : les Chasse-Lune. Les Chasse-Lune sont principalement des guerriers, entièrement voués à leur Déesse et à ses signes. Ils ont pour mission d’éliminer les Lunatiques : les vauriens, les meurtriers, les voleurs et ceux qui ont bafoué le Culte pour d’autres religions impures. Cet ordre est plutôt discret et est dirigé par les plus hautes instances de Prieurs du Culte. Le devenir prend du temps, et c’est un rang extrêmement puissant, qui donne le droit à de nombreux privilèges et à une notoriété quasi-indiscutable.

Les Moines / Moniales

55640d22e818fa35a2642912eb0049f4.jpg
Les Moines et Moniales sont les membres les plus nombreux du Culte après les fidèles. Ils sont considérés comme des professeurs et enseignent la foi et les pratiques de la religion. L’enseignement se fait principalement chez les plus jeunes enfants et les jeunes adultes, le tout dans des salles de classe et à travers des cours, comme le feraient la plupart des enseignants techniques.

Devenir un Moine requiert quelques années d’étude auprès des Prêtres qui élisent les fidèles les plus servants en fin de parcours. On leur remet alors un pendentif en or symbolisant le soleil, une « Cape » qui n’est autre que la tenue des Moines : Un grand manteau blanc ou gris en toile, recouvert de liserés jaunes à manches longues et à capuche. Et enfin, leur est remis leur bâton de berger, qui est signe même de leur rang. Les Moines ont le droit de loger à l’église et doivent s’occuper de chaque lieu sacré, allant de son entretien aux cérémonies pour que jamais les lieux ne soient abandonnés.

Néanmoins, une fois les études d’un fidèle terminées, ce dernier n’est pas obligé de devenir impérativement Moine. Il peut choisir la seconde voie disponible, c’est-à-dire : Marcheur.

Les Marcheurs / Marcheuses

9af1892fd86aee3c3341576235aa18d8.jpg
Les Marcheurs possèdent les mêmes droits que les Moines et ont suivi le même parcours qu’eux. Néanmoins, en fin de course, ces derniers se refusent à rester cloîtrés dans un lieu sacré précis et prennent la route pour venir en aide aux Hommes aux quatre coins du monde. Leur rôle est complexe et leur devoir minutieux. Les Marcheurs errent avec peu de moyens, afin de récolter des dons pour les bâtiments sacrés qu’ils croisent, pour les restaurer ou prendre soin des plus démunis. Ils distribuent l’argent aux blessés, aux malades, aux mendiants, les nourrissent et les aide. Enfin, leur rôle est d’accompagner les voyageurs au bout de chacun de leur trajet afin qu’il ne leur arrive rien, d’où la plus grande différence avec les Moines : Les Marcheurs sont souvent des combattants. En plus de l’épée d’apparat qu’ils portent à la ceinture, symbole de leur rang, il est très fréquent que ces derniers portent une arme afin de mettre en déroute les voleurs et les bandits de grand chemin.

Les Chasse-Lunes

2f151028df9cc84ecf05b908709e55b3.jpg
A bien des égards, les Chasse-Lunes ne sont pas tous bien vus du Culte, et ce pour plusieurs raisons. Grâce à leur pouvoir hors du commun dans la hiérarchie des Prieurs, beaucoup de Prêtres se méfient de cette classe de combattants sans pitié, la plupart perdant finalement de vue leurs principes et devenant de simples tueurs sans vergogne. C’est pourquoi devenir Chasse-Lune est de plus en plus difficile avec les nouvelles mesures misent en vigueur.

Un Chasse-Lune possède un droit unique dans le Culte : celui de « Lame Justice ». C’est un droit qui permet au fidèle d’abattre quiconque menacerait gravement le Culte de la Voyageuse par quelconque moyen que ce soit. Le Jugement est leur propre arme, sacrée par les Prêtres et bénie par la Déesse elle-même lors d’une cérémonie très importante.

On reconnaît les Chasse-Lunes par plusieurs points distinctifs. Tout d’abord, leur arme très particulière et universelle : Une Serpe de Combat ou Lame du Croissant, qui est une longue arme blanche à la lame circulaire, formant un croissant de lune. C’est une arme lourde et difficile à manier qui excelle dans la décapitation, l’éviscération ou les attaques furtives mortelles à courte portée. Il n’existe presque plus de forgeron capable de créer une telle arme, si bien que ce sont souvent les Moines qui se chargent de forger les Serpes pour les Chasse-Lunes. Les Chasse-Lunes ont aussi l’habitude de se teindre les cheveux en blanc et de porter le symbole du soleil sur leur front, symbole de pureté et d’allégeance totale à la Voyageuse. Finalement, ils s’habillent très souvent de noir, car opérant dans la nuit, quand les vices sortent de leur tanière.

Enfin, il existe un terme bien précis pour les Chasse-Lunes qui se seraient écartés du droit chemin : les Lunatiques. Une fois arrivé à cette appellation, les Prêtres destituent aussitôt le Prieur décadent et le condamnent à une rédemption longue et coûteuse.

Les Prêtres

Un prêtre est dirigeant d’une église, paroisse ou domaine. Il a à sa charge les Moines, Marcheurs et Chasse-Lunes, doit veiller à leur santé, à leur bien être personnel et surtout à ce qu’ils occupent bien leurs fonctions.

Le prêtre est très souvent paysan pour pouvoir nourrir ses hommes et faire travailler ces derniers aux champs et à l’élevage des bêtes. Certains, plus rares, sont taverniers ou brasseurs.

Devenir prêtre est héréditaire, d’où l’importance du fait que les femmes des prêtres soient affiliées au Culte de la Voyageuse et qu’elles soient respectables. Une dame qui ferait honte à son mari ou au culte sera très vite évincée de la famille et « remplacée ».

  • Habillement

Une bure grise et un pendentif du soleil est le minimum exigé par le culte. Souvent revêtu par les prêtres des paroisses les plus pauvres ou les ecclésiastiques les plus modestes. Les prêtres de paroisse moins pauvre portent par-dessus leur bure une fine robe noire. Ceux des églises plus riches portent par-dessus cette robe noire une veste blanche, arborant souvent des motifs de soleil et de lances, brodés au fil doré par des moines et retenu sous le cou par de fines chaînes d’or. Le prêtre n’as pas le droit de porter un pendentif plus décoré que celui des fidèles, ni de chapeaux cérémonials.

Les Chevaliers de la Lumière

L’Ordre des Chevaliers de la Lumière est un prestigieux Ordre de Chevalerie qui constitue le bras armé du Solstice de l’Est. Ils répondent aux ordre des Solsticiens et agissent généralement en groupe, comme un véritable bataillon de cavalerie lourde. Ils peuvent être appelés au combat à tout moment, au côté des troupes de Kendall, et seraient réputés pour n’avoir jamais fui devant l’ennemi.

Fondé en l’an 976, l’Ordre fait ses preuves lors de nombreux conflits, notamment lors de la guerre contre les elfes. Avec le temps il s’agrandit et aide le Solstice de l’Est à renforcer son emprise sur le territoire Kendallien. De nos jours, sa réputation n’est plus à faire. Lorsque les chevaliers de l’Ordre de la Lumière sont vus sur le champ de bataille ils inspirent courage à leurs alliés et haussent le moral des troupes.

Tout homme et femme issu de la noblesse peut rejoindre l’Ordre, à condition d’y consacrer sa vie et son âme. Par ailleurs, il est courant que les familles nobles y envoient leur second fils ou leurs filles afin de s’attirer les faveurs des Solsticiens. Les plus jeunes y servent d’abord en tant que page, puis écuyer avant de devenir Chevalier suite à la cérémonie de l’adoubement menée par le Sol en personne. C’est à cette occasion que le Chevalier doit jurer foi à la Voyageuse et fidélité au Sol. En contrepartie, il reçoit sa propre armure, son épée, sa lance et son destrier.

Le devoir au sein de l’Ordre ne prend fin qu’à la mort du Chevalier ou qu’il devienne trop vieux pour monter à cheval, mais ce dernier cas de figure se fait est assez rare. En effet, nombre de chevaliers, sentant leur fin approcher, choisissent de mourir au combat. Les plus vieux d’entre eux partent donc généralement seuls dans la forêt de Miträll ou celle de Sombrelune, afin d’y trouver une mort glorieuse et honorable.

Hélisiens

Prêtre oeuvrant dans une cathédrale ou une grosse église. Dirige les prêtres dans l’hélisiacre de sa cathédrale. Élu par les prêtres de l’hélisiacre à la mort du précédent Hélisien, cela arrive souvent que le fils de l’hélisien hérite du poste de son père. S’occupe de produire un rapport sur les prêtres de son hélisiacre, qu’il remet au solsticien.

  • Habillement

L’Hélisien porte sensiblement les mêmes vêtement que le prêtre, mais il a le droit de porter un collier plus richement décoré et un chapeau jaune à grands bords.

Solsticiens

Plus hautes instances individuelles du Culte. Les Solsticiens sont élus parmi les Hélisiens les plus influents. Il se doivent de diriger une cathédrale pour être élu. La plupart du temps considéré comme la plus haute autorité morale d’une ville, les solsticiens sont souvent juge.

  • Habillement

Une soutane dorée est la base de l’habillement d’un Solsticien. Ensuite est enfilée une robe de dentelle blanche et par-dessus cette robe est posé une mozette noir, celle-ci décoré de broderies dorées. Au cou est suspendu un grand collier d’or, entouré de pierres précieuses avec au centre le soleil. Enfin est posé sur sa tête une mitre dorée, décorée d’un soleil orange au-dessus du front.

Solstice

Plus haute instance du culte. Conseil composé de solsticiens, se réunit de façon régulière pour discuter et prendre des décisions sur les questions les plus importantes du culte. Ces questions concernent souvent des réformes, des constructions de cathédrales.

Objets du culte

Le pendentif du soleil et de la lune

01ab94a2d09217663fdd805a2544e5f7.jpg
Pour montrer que l’on adhère au culte de la Voyageuse, les fidèles ont pour habitude de porter un pendentif en or représentant le soleil. Il se peut que le collier ne soit pas en matériaux précieux, mais cela n’est pas très bien vu, car irrespectueux.

Les guerriers, eux, tendent plutôt à porter la représentation de l’épée autour du cou, mais cela est plus rare. Enfin, certaines guildes ou groupes malfaisants se pavanent avec des symboles de lune en argent autour du cou. C’est une icône dédiée aux voleurs et aux tueurs, et même si cette pratique fait partie du Culte, elle est condamnable. Il arrive également que certains dévots soient punis pour leurs fautes et obligés de porter ce symbole jusqu’à leur rédemption. Dans ce genre de cas, ils sont affiliés à un moine qui se chargera de leur redressement.

L’épée en or et le bâton

Sur chaque représentation, la Voyageuse est montrée avec une lance ou un bâton de berger dans la main gauche et une épée en or dans la main droite. L’épée en or symbolise l’élite armée de la voyageuse et le bâton, l’élite croyante. Ce sont par définition les deux symboles de ces deux ordres : chaque guerrier se devant d’arborer l’épée en or, que ce soit par un collier, des armoiries ou bien une véritable lame à la ceinture. De plus, il est nécessaire que l’objet en question soit d’or, seul matériau pur pour représenter la luminosité du soleil et la puissance de la Déesse. Pour ce qui est du bâton, les représentations physiques sont moins nombreuses. Les Marcheurs et les Moines se parent souvent d’un bâton de berger tandis que le Prêtre opte plus souvent pour la lance ornée. Ce ne sont en aucun cas des objets de combat, et même si parfois, l’objet s’avère être tranchant, il n’est jamais utilisé à des fins violentes. Il s’agit d’une relique dédiée à guider ses prochains et tâcher de sang un tel objet revient à bafouer son propre culte.

Pour revenir aux épées, il est nécessaire de souligner que malgré leur aptitude à pouvoir servir en combat, elles ne sont que très rarement choisies en situation d’affrontement, car peu tranchantes et plutôt cérémonielles. Il est donc courant que l’ordre militaire possède deux armes : celle de service et l’épée en or du culte. On ne place jamais cette dernière dans un fourreau d’ailleurs, si ce n’est parfois dans de légères protections en cuir afin de la rendre visible à la lumière du soleil.

L’eau bénite

Il est fortement conseillé de se laver les mains avant et après le repas ou pour quelconque activité demandant une hygiène des mains irréprochable. Dans les grandes villes, des bassins – fortement similaires aux bassins pour oiseaux – sont installés un peu partout pour laisser l’eau s’imprégner de la lumière du soleil. Dans les maisons aisées, des coupoles sont installées à l’entrée ou au bord des fenêtres. On les remplit d’eau claire, et après un jour ou deux de grand soleil, l’eau est considérée comme porteuse de la lumière solaire et des bienfaits de la déesse. Cela éloignerait les maladies, les troubles liés à l’eau et donnerait même un meilleur goût au repas.

Le Tarot

Le Tarot est sans doute la pratique la plus connue et la plus importante du Culte. Il s’agit d’un jeu de 22 cartes, utilisé par les Moines pour prophétiser l’avenir des disciples. Le terme de « jeu » est assez mal employé et a dérivé à cause de l’utilisation de cartes qui sont généralement des cartes à jouer. Néanmoins, il ne s’agit pas ici d’un jeu, les cartes ayant chacune des significations bien précises et parlant au nom de la Déesse elle-même. Les Moines sont donc capables de déchiffrer les combinaisons des cartes et d’en déduire les paroles de la Voyageuse, via des rituels très anciens et sacrés.
Ab5f1c8d14790e74b592a0bb5aad39c3.png
Au fil des siècles, plusieurs versions différentes du Tarot ont été créées, mais seule reste louable celle du jeu de 22 cartes, comportant les symboles suivants, dans l’ordre : Le Fou, Le Magicien, La Grande Prêtresse, L’Impératrice, L’Empereur, Le Pape, Les Amoureux, Le Chariot, La Force, L’Ermite, La Roue de la Fortune, La Justice, Le Pendu, La Mort, La Tempérance, Le Démon, La Tour, L’Etoile, La Lune, Le Soleil, Le Jugement et Le Monde.

Le langage des fleurs

Dans le culte de la voyageuse, le langage des fleurs possède une signification nouvelle :

  • Le Tournesol est symbole d’amour.
  • La tulipe jaune est synonyme de pureté de l’âme.
  • La tulipe blanche désigne l’amitié.
  • La dent de lion et la rose jaune sont salutaires d’une maison propre et pratiquante.

Les Gestes religieux et les mœurs

Le Dialecte Religieux

Il est courant chez les adeptes du Culte d’avoir quelques expressions religieuses envers leurs confrères. Ces phrases font partie de la vie courante et sont utilisées chez toutes les classes sociales :

  • Qu’Elle vous guide / Puisse la Voyageuse vous guider. = Aurevoir ou Adieu.
  • Une personne Lunatique = Une personne qui cache des vices.
  • Tous les chemins mènent à la Voyageuse = Il existe plusieurs manières d’arriver au même résultat.
  • Qu’importe le bâton ou la lame, j’irai au bout. = Qu’importe ce qu’il se passera, j’irai au bout.
  • Le territoire de Diane s’étend = La nuit tombe.
  • Je n'ai fait que croiser Nox aujourd'hui = Je n'ai eu que de la malchance aujourd'hui.

Le geste de la prière

Avant de prier, il est de coutume de joindre ses mains entre elles avant de les porter en coupole vers le ciel, et ce pendant l’intégralité d’une prière. Il arrive que certains ordres préconisent également de baisser les yeux ou de fixer un point bas devant soi.

Pour les esclaves ou les paysans, les mains doivent être déposées au sol et la prière se fait à genoux.

Le Sacrement

Le Sacrement, ou baptême, est un rite religieux qui a pour but de faire entrer le fidèle dans la communauté du Culte de la Voyageuse. Il s’agit de la toute première approche sacrée d’un cultiste et il scellera son appartenance au culte. Le Sacrement se fait de manière consciente et est donc réservé aux adultes (vers 15ans environs), mais peut aussi être fait très tardivement. En effet, certains villages ne possèdent pas les prérequis nécessaires pour le rituel et il n’est donc pas si rare qu’un homme ou une femme ne se fasse baptiser que très tard, malgré le fait qu’il soit croyant et pratiquant.

Le rituel se déroule en Quatre étapes et est souvent accompli à plusieurs. Tout d’abord, les baptisés doivent abandonner leurs possessions matérielles (vêtements et bijoux) et se tenir complètement nu pendant toute la durée de la cérémonie. Ceci est une façon symbolique de prouver son humilité son d’honnêteté envers la Déesse. Ensuite, devant le temple choisi, les fidèles se regroupent en cercle en se tenant la main à l’heure de midi. Pour palier le manque de monde, les moines ou membres de la famille se joignent au cercle au besoin. Pour ouvrir le rituel, le maître de cérémonie prononce ces mots : “Roi ou esclave, Seigneur ou mendiant, acceptez que la Voyageuse pose sur vous son regard. Embrassez la lumière du soleil qui vient purifier votre esprit. Que ceux qui n’ont rien à cacher aient la conscience tranquille car, en ce jour, Lyana leur offre la renaissance.” Vient ensuite la prière, récitée en cœur, la tête tournée vers le soleil. Et enfin, le maître de cérémonie ou un prêtre passera derrière chaque fidèle pour lui verser de l’eau bénite sur le haut du crâne, avant que tout le monde ne se lâche.

L'Union

(WIP)

L'Enterrement

(WIP)

La couleur des cheveux et des yeux

A la naissance, posséder les cheveux et les yeux clairs sont signes de bénédiction divine. Il peut arriver que ces traits physiques soient raisons d’alliance : Une famille perpétuera plus volontiers du sang aux boucles blondes et aux yeux clairs que des cheveux noirs ou bruns.

Il n’y a pas, au contraire, de reproches faits aux personnes ne possédant pas ces traits physiques. Il s’agit d’un don et non d’une punition dans le cas contraire.

On dit également que la raison du blanchissement des cheveux dans le vieil âge est dû à la sagesse de l’être. La clarté capillaire apparaissant comme signe d’un savoir accru au fil des années. Il est difficile en revanche de déterminer son origine et s’il s’agit d’une véritable croyance ou d’un mythe populaire.

Principaux lieux de Culte

  • La Cathédrale la plus massive d'Anskylvia se trouve en Hauroy : La Divina Solaris.
  • La ville est également connue pour abriter dans son pourtour "Les Champs Soleil". Il s'agit d'une plaine de plusieurs hectares recouverte de fleurs jaunes et de ruines anciennes. On dit ces lieux sacrés et intouchables et il est donc exclu pour la capitale comme pour Haut-Havre de s'étendre dans cette direction.
  • La Cathédrale la plus haute à ce jour se situe à Kendall, baptisée "Or-Ciel".
  • On dit également que l'église de GlacePorte, construite sous la demande des Crypids, est l'une des plus belles au monde.


Autorisé à la première candidature
Marcheur Oui
Moine Oui
Prêtre Sous réserve d’une très bonne candidature
Chasse-Lune Non

Crédits et Sources

Les liens ci-dessous mènent à des pages internet qui peuvent ne pas être sécurisées. Soyez prudent.

Tsuyoshi Nagano

Uncommungoods.com

Alphonse Mucha : Dawn

DeviantArt : Sanchiko

DeviantArt : AizelKon

Deviantart : madnessdemon