Chronologie Elfique : Différence entre versions

De Anskylvia
Aller à : navigation, rechercher
m
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
===- 153===
 
===- 153===
  
 +
[[Fichier:Staff_Nardhûr.jpg|droite|510x510px]]
 
Cependant, la maladie prend une nouvelle ampleur en - 153 quand les elfes eux-mêmes commencent à être affectés et que les arbres de la forêt sont gagnés par la pourriture. Incapables de cacher la vérité plus longtemps, c’est une véritable migration qui s'instaure petit à petit dans les bois. Espérant fuir la maladie, les elfes se rendent à Tâd’Aranarth qui ne sera pas non plus épargnée. De nombreux individus trouvent alors la mort, malgré les efforts des Hîrvalis qui tentent de guérir la forêt et de trouver un remède. Forlindon, représentant de la dynastie Uial’Alkar finit lui-même par succomber, son jeune fils Mallorn sera alors emmené hors de la forêt par sa mère pour trouver refuge à Tellenrim qui deviendra plus tard Kendall.
 
Cependant, la maladie prend une nouvelle ampleur en - 153 quand les elfes eux-mêmes commencent à être affectés et que les arbres de la forêt sont gagnés par la pourriture. Incapables de cacher la vérité plus longtemps, c’est une véritable migration qui s'instaure petit à petit dans les bois. Espérant fuir la maladie, les elfes se rendent à Tâd’Aranarth qui ne sera pas non plus épargnée. De nombreux individus trouvent alors la mort, malgré les efforts des Hîrvalis qui tentent de guérir la forêt et de trouver un remède. Forlindon, représentant de la dynastie Uial’Alkar finit lui-même par succomber, son jeune fils Mallorn sera alors emmené hors de la forêt par sa mère pour trouver refuge à Tellenrim qui deviendra plus tard Kendall.
  

Version actuelle datée du 1 août 2020 à 20:33

Origines

Le passé des elfes reste aujourd'hui flou. Peuple en perdition qui peine à assurer son avenir et à se remémorer son passé, l'histoire elfique semble aujourd'hui perdue. Nombreux sont ceux qui se lancent à l'aventure en quête de réponses à leur questions ou pour en apprendre plus sur leurs ancêtres, en vain. Surtout présents sur le continent de l'Est dont on estime qu'ils sont originaires, les elfes ont du faire face à bon nombre de problèmes, mettant en péril l'avenir d'un peuple qui peine aujourd'hui à se construire une véritable unité.

- 260

Vers - 260, les elfes de Miträll font face à un premier problème majeur. Toss Nothrim tombe malade et commence à être rongé par la pourriture. Soucieux de ne pas créer de vent de panique, les Hîrvalis, mages et guides elfiques ainsi que les dirigeants tentent de masquer le problème au mieux, sans grand succès.

- 153

Staff Nardhûr.jpg

Cependant, la maladie prend une nouvelle ampleur en - 153 quand les elfes eux-mêmes commencent à être affectés et que les arbres de la forêt sont gagnés par la pourriture. Incapables de cacher la vérité plus longtemps, c’est une véritable migration qui s'instaure petit à petit dans les bois. Espérant fuir la maladie, les elfes se rendent à Tâd’Aranarth qui ne sera pas non plus épargnée. De nombreux individus trouvent alors la mort, malgré les efforts des Hîrvalis qui tentent de guérir la forêt et de trouver un remède. Forlindon, représentant de la dynastie Uial’Alkar finit lui-même par succomber, son jeune fils Mallorn sera alors emmené hors de la forêt par sa mère pour trouver refuge à Tellenrim qui deviendra plus tard Kendall.

Dans un dernier élan d’espoir, les Hîrvalis se réunissent à Toss Nothrim pour essayer de guérir l’arbre maison. Malgré l’emploi d’une incantation si fastidieuse et puissante qu’elle secoua la forêt et coûta la vie à bon nombre de mages, ces derniers pensent avoir échoué. Finalement pointés du doigt par les leurs comme responsables des maux des elfes, les Hîrvalis finissent par être accusé d’avoir trop joué de leur pouvoir et d’avoir abattu sur le peuple elfique ce qui prendra le nom de Nardhûr, la maladie du noeud noir en référence aux noeuds noircis des arbres morts de la forêt de Miträll.

Contraints à l’exil, ceux qui étaient les guides des elfes, les élus de la Déesse, finissent par disparaître sans pouvoir léguer leur savoir. Désignés comme responsables, les Hîrvals furent en vérité les sauveurs de Miträll. A défaut d’avoir des effets visibles, l’incantation qu’ils menèrent permit à Toss Nothrim, véritable coeur de la forêt, de subsister. La forêt entame alors un long processus de renouvellement autour de l’arbre maison, qui durera plus d’un millier d’années.

Vivant désormais hors des bois, les elfes doivent goûter à la vie sur le reste du continent. Ce fut alors l’occasion pour eux de développer pleinement Tellenrim et Lagornen qui deviendront les deux cités majeures du continent. Suite aux nombreuses pertes dues à la maladie, les elfes n’ont d’autres choix que d’entamer une longue période de reconstruction. La dynastie Uial’Alkar préservée, le jeune roi sera élevé sous la régence de sa mère.

L’histoire des elfes prend un nouveau tournant avec l’arrivée des premiers clans humains sur le continent de l’Est, depuis les mers à l'Ouest. Au départ méfiantes, les deux ethnies établissent toutefois un contact pacifique, les elfes ouvrent leurs portes aux Hommes et à travers les différents échanges culturels, un bon moyen pour eux de s’apprivoiser mutuellement semble être trouvé. Cette période relativement pacifique sera toutefois de courte durée et ne tiendra pas plus d’une cinquantaine d’années avant que des premières tensions ne laissent place à un véritable conflit. En effet, les humains à la durée de vie plus courte que les elfes se multiplièrent en nombre à une vitesse prodigieuse pour les elfes habitués à une croissance beaucoup plus faible.

911

Dû au manque de place, les Hommes commencent à bâtir leurs propres villes et villages sur tout le continent de l’Est. Les tensions gênantes finissent éventuellement par dégénérer en 911 lorsque les elfes refusent d’accueillir plus d’humains dans une Kendall déjà pleine à craquer et que ces derniers réclament la gestion de la cité. C’est une guerre intestine et civile qui va alors frapper la ville. Le conflit s’enlise rapidement au profit des humains bien plus nombreux et à la culture plus guerrière que les elfes, aboutissant à un traité de paix après huit années de conflits. La cité fut rendue aux mains des humains et la dynastie Uial’Alkar ne digérant pas cet échec, trouve refuge à Lagornen, qui deviendra plus tard Fort-Pourpre.

975

Si Tellenrim échoue au mains des Hommes et finit par être renommée Kendall, les elfes n’en furent pas chassé tout de suite. Ce n’est que vers 975 - 980 que les premières migrations elfiques eurent lieu. Toujours plus nombreux, les humains prennent peu à peu le pas sur les elfes qui perdent leurs droits à mesure que l’emprise des hommes se raffermit sur le continent de l’Est. Le peuple aux oreilles pointues finit par hausser le ton et se rebeller face à ces pertes alors qu’une nouvelle guerre civile semblait se profiler. Pour éviter tout débordement et dans l’espoir d’éviter un conflit ouvert, le Roy Crypid décide de déplacer les elfes plus au nord et à l’ouest, parfois contre leur gré. C’est ainsi que naquirent Perle et Elissy, sur les côtes ouest du Royaume désormais Kendalien.

1000

C’est en l’an 1000 que les elfes sont définitivement condamnés à l’exil et à la fuite, avec la montée au pouvoir de Pursan Crypid qui met en place un véritable règne de terreur. Peu tendre avec les siens, il le sera encore moins avec les elfes. Il déclare alors la guerre et met en place une véritable campagne contre le peuple elfique, toujours plus retranchés au nord du continent. Incapables de se défendre efficacement et en sous-nombre, la plupart des elfes finissent par trouver refuge dans les villages environnants, à Galagarth (Fort-Pourpre), à Miträll ou dans la forêt de Môrisil (Sombrelune) alors que Perle et Elissy tombent rapidement sous le contrôle humain.

1012

En 1012, Pursan Crypid prend d’assaut Galagarth (Fort-Pourpre), le dernier bastion elfique du continent. La bataille fut anecdotique tant la résistance elfique fut faible. Ces derniers furent réduits en esclavages pour la plupart d’entre eux, tandis que le reste parvint à fuir plus au nord peu avant l’assaut, gagnant la forêt de Miträll. Les derniers Uial’Alkar trouvèrent aussi la mort durant la prise de la cité, signant la fin de la dynastie. C’est aussi cette même année que l’on vit l’apparition des premiers clans nomades. Contraints à l’exil et à la fuite, certains clans continuèrent d’exister, sans cesse en mouvement pour échapper aux forces kendaliennes. Les forces du Roy se lancent à la poursuite des dernières poches de résistance ou de réfugiés elfes mais abandonnent bien vite la lutte, épuisant trop de ressources à courir après les clans nomades ou à tenter de pénétrer les bois protégés par les gardiens. Les humains se contenteront alors de cerner les derniers bois au sein desquels les elfes purent trouver refuge, s’assurant ainsi de les y enfermer.

1013

La plupart des elfes chassés par les Kendaliens trouvent refuge dans la forêt oubliée de Miträll qui a connu une renaissance au fil des décennies. En apparence mort : Toss Nothrim, le coeur de la forêt, subsiste et permet aux bois de se renouveler progressivement : seule la lisière porte encore les stigmates du Nardhûr. Les troupes Kendaliennes tentent de suivre les elfes dans les bois mais se heurtent aux derniers titans naturels encore en vie dans la forêt.

1015

Incapables de percer efficacement les bois, les forces kendaliennes établissent camps et fortins entre Crissaegrim et le massif d’Aeglös pour s’assurer qu’aucun elfe ne puisse quitter la forêt.

1025

Ne donnant aucun signe de vie pendant un peu plus d’une dizaine d’années, les elfes réfugiés à Miträll seront de nouveau perçus lors d’une nouvelle tentative kendalienne pour s’infiltrer dans les bois. Partant de Fort-Pourpre pour remonter Thônduin, le fleuve des pins, les hommes se retrouveront emprisonnés au creux des parois rocheuses au sein desquelles se déverse le fleuve. Proie facile, ils seront alors la cible de volées de flèches sans pouvoir riposter, peu survivront pour rapporter ce récit à Fort-Pourpre et à Kendall.

1070

Avec l’essor et le développement des civilisations humaines, la forêt de Miträll est définitivement cernée sur deux plans par les forces kendaliennes. Au sud entre Crissaegrim et le massif d’Aeglös et sur la mer à l’ouest, au niveau de l’embouchure du Thônduin.

1269

Naissance de Maeiv Ar’Acharn qui deviendra par la suite une figure de la résistance elfique.

1331

Las de voir que la mobilisation de troupes aux abords des différents refuges elfiques ne donne pas de grands résultats, le Roy Crypid décide d’envoyer ses hommes mener une attaque dans la forêt de Miträll en 1331, cette dernière ayant pour but de mettre le feu aux bois pour contraindre les elfes à quitter leur refuge. Un nombre importants de soldats kendaliens sera déployé pour ne rien laisser au hasard. Si l’opération semble être un succès au premier abord et que quelques foyers sont allumés, les troupes se heurtent rapidement à une résistance plus grand qu’ils ne l’auraient imaginé. En effet, la veille de l’attaque, tous les elfes présents sur le territoire Kendalien partagèrent un rêve agité, des visions ou des appels similaires de la Déesse au sein desquels ils purent assister à l’embrasement de la forêt et de Toss Nothrim. Si au départ peu prêtent crédit à ce rêve étrange ou ne parviennent pas à en saisir le sens, la menace kendalienne est rapidement rapportée par des éclaireurs et tous les elfes sont alors mobilisés et menés par Mírdan Panthavas. S’engagera alors une véritable bataille dans la forêt de Miträll : confiants et sûrs de leur domination sur un peuple aux allures peu guerrière, les kendaliens feront face à une armée elfique particulièrement bien organisée et disciplinée.

Connaissant les bois sur le bout des doigts et renforcé par les clans itinérants ayant répondu à l’appel plus au sud, les elfes parviendront à mettre à profit cette connaissance pour pousser les kendaliens à séparer leurs troupes en plusieurs groupes distincts qui subiront les tirs nourris des arches elfes. Perdues dans ce dédale vert et séparées, les troupes kendaliennes seront rapidement mises en déroute et quitteront les bois. Les elfes ne poursuivront pas les fuyards en dehors des bois mais s’arrêteront à sa lisière, marquant ainsi clairement les limites à ne plus franchir. Une petite partie de la forêt souffrira du feu kendalien mais les incendies seront rapidement contenus puis éteints. On notera à cette bataille la présence d’une certaine Maiev Ar’Acharn.

1340

Ce n’est qu’en 1340 avec la montée en puissance de Maeiv Ar’Acharn et la création de la Ligue du Crépuscule que la lutte entre elfes et humains prend un nouveau tournant. Silencieux jusqu’alors, les elfes commencent à créer de véritables poches de résistance pour harceler les kendaliens. Adoptant une tactique d’attaques éclairs, les elfes se contentent d’escarmouches sur les patrouilles ennemies pour commencer, sabotant les convois marchands et harcelant les routes. Voyant que la menace peu prise au sérieux par les kendaliens, Maeiv Ar’Acharn décide de remonter bien plus au nord jusqu’entre Kendall et Fort-Pourpre pour attaquer une importante cargaison de marchandises et de vivres. Cette fois, Kendall répond avec plus de ferveur et renforce les garnisons aux abords des différents bois d’où émergent les partisans de Maeiv Ar’Acharn qui parviennent à échapper aux patrouilles.

1345

Attaque massive de la Ligue du Crépuscule contre une cargaison importante de vivres entre Kendall et Fort-Pourpre.

1384

Naissance d’Aurore Séphilia Teon, une demi-elfe de sang Anskylvien qui deviendra pas la suite un personnage emblématique des elfes.

1401

En 1401, Aurore Séphilia Teon ouvre le Refuge à Citemare. Certains elfes parlent de s’y rendre mais se heurtent à une réalité bien plus douloureuse. Les bois et leurs gardiens leur offrent une protection certaine mais ils s’y trouvent aussi prisonniers, cernés par des forces kendaliennes qui se contente de tenir la position pour s’assurer d’y contenir les elfes à défaut de pouvoir y pénétrer pour de bon. Les mouvements d’elfes seront toutefois nombreux et catastrophiques, la plupart d’entre eux capturés puis réduits en esclavage.

1403

En réponse à ces mouvement de masse et en quête de vengeance, Maeiv’ArAcharn mettra en place sa plus grosse opération. En 1403, la Ligue du Crépuscule parvient à mettre la main sur la seule fille d’Eric Crypid alors qu’elle était en déplacement entre Kendall et Perle. La nouvelle se répand vite et le Roy dépêche bon nombre de ses troupes pour tenter de mettre la main sur Maeiv et ses hommes. Les deux forces armées se recontreront au nord de Qemery, chacun de part et d’autre du Fieleu. La fille d’Eric Crypid sera alors éxecutée devant l’armée kendalienne tandis qu’une délégation provenant du refuge et envoyée sur place par Aurore Séphilia Teon pour essayer de calmer le jeu, arrive de l’ouest. A la vue de l'exécution sommaire de sa fille, les forces kendaliennes engagent le combat sans parvenir à rattraper la Ligue réfugiée de l’autre côté du fleuve. La délégation envoyée par le refuge sera toutefois la cible des troupes du Roy qui ne laisseront aucun survivant.

1420

Actuellement, la situation ne semble pas s’arranger entre les elfes et les kendaliens. Le Roy Crypid continue de mener sa campagne contre les elfes tandis que ces derniers semblent avoir abandonné tout espoir de discussion avec les hommes. Beaucoup sont retranchés dans les bois de Sombrelune ou vivent encore en nomade pour échapper aux forces kendaliennes. Le Refuge continuent d'accueillir les nécessiteux et les persécutés tandis que la forêt de Miträll et ses occupants restent silencieux.

Toutefois, Citemare, et plus précisément le Refuge, ne semble pas avoir digéré le massacre de ses Hommes sur le territoire Kendalien. Une voix poussant à la guerre s'élève dans le clan des Cinq. Il semblerait que Kendall doive se préparer à un nouvel adversaire aux confins de l’ouest…